Réseau scientifique de recherche et de publication

[TERRA- Quotidien]
Accueil > Revue Asylon(s) > Quel colonialisme dans la France d’outre-mer ? > Dossier > Montrer différemment pour se regarder

REVUE Asylon(s)

11| Quel colonialisme dans la France (...)
retour au sommaire
< 3/14 >
"Montrer différemment pour se regarder autrement : la TOM, un « média éphémère » dans le mouvement social de 2009 en Martinique"

Olivier Pulvar
CRPLC / CNRS-UMR 8053 Université Antilles-Guyane

citation

Olivier Pulvar, "Montrer différemment pour se regarder autrement : la TOM, un « média éphémère » dans le mouvement social de 2009 en Martinique ", REVUE Asylon(s), N°11, mai 2013, Quel colonialisme dans la France d’outre-mer ? , url de référence: http://www.reseau-terra.eu/article1276.html

résumé

L’article propose d’étudier l’émergence d’un média audiovisuel, Télé Otonom Mawon (TOM), lors du mouvement social de février-mars 2009 en Martinique. L’analyse du paysage médiatique martiniquais dans ce contexte social singulier permet de saisir les faits à l’origine de la création de la TOM mais aussi, de comprendre le sens que ses promoteurs donnent à leur action. L’inscription de ces pratiques médiatiques minorisées dans un processus de médiation alternatif exige de s’interroger sur la place et le rôle du média dans sa contribution aux discours publics sur les identités à l’intérieur du territoire.

Mots clefs

Les mobilisations collectives qui secouent les Outremers français en 2009 retiennent l’attention par leur point de départ, par leurs formes, mais aussi par leurs répercussions sociales. Singulièrement, les Antilles restent bloquées durant plusieurs semaines, la Guadeloupe quarante quatre jours et la Martinique trente huit jours. Au plus intense de cette « grève générale », on observe un certain nombre de pratiques collectives dont les dimensions sociales, politiques et culturelles renforcent l’idée d’un profond malaise dans ces territoires. La « révolte antillaise » pose la question de nouveaux rapports sociaux à l’intérieur de chacune des sociétés locales, de même que dans leurs relations entre elles ; elle interroge également la relation problématique qu’entretiennent les Outremers avec leur Métropole, la France.

Au nombre des pratiques qui se font jour au cœur de ces mobilisations de 2009, les communications médiatisées interviennent clairement dans l’explication des processus à l’œuvre. En Guadeloupe comme en Martinique, des médias locaux privés organisent la discussion dans l’espace public et donnent la parole à « l’homme de la rue » ; ces médias s’appuient sur l’image positive dont ils jouissent au sein des populations. Dans un contexte de contrôle fort de l’information en Martinique, l’apparition de Télé Otonom Mawon (la TOM) illustre l’opposition à un ordre médiatique établi localement et nationalement ; sa forme d’expression locale prend le pas sur les telenovelas ou les émissions formatées métropolitaines. L’expérience de la TOM libère un champ inattendu depuis la sphère de production des messages médiatisés jusqu’à la sphère de réception de ces messages.

L’objectif de cet article vise à saisir le rôle joué par cette « télévision inédite » ; inédite dans son surgissement même, mais aussi dans la manière d’imaginer, de mobiliser une nouvelle « communauté martiniquaise » voire de la transformer. Il s’agit aussi, à partir des acteurs, de mieux comprendre les faits à l’origine du média et le sens de cette démarche. Un autre enjeu attendu est de cerner la composante technique des contenus identitaires valorisée dans un monde globalisé, au-delà des aspects relationnels et mémoriels de l’identité.

1. Manières de faire et manières de voir la télévision

Le 5 février 2009, à la suite de la mobilisation entamée en Guadeloupe, une intersyndicale constituée de plusieurs organisations met à exécution son appel à la « grève générale » en Martinique. Quelques jours plus tôt, l’intersyndicale martiniquaise a déposé un préavis de grève sur la base d’une plate-forme de revendications en onze points. Dès lors, la contestation prend la forme de grandes manifestations quotidiennes dans les rues de Fort-de-France, le chef-lieu du département. [1]

1.1 Des logiques de médiatisation

Dans les tout-premiers jours du conflit, l’ensemble des médias locaux d’information se montre assez réactif par rapport aux événements. Ceux-ci couvrent le déroulement des manifestations et l’évolution des négociations, à tel point que certains observateurs évoquent hâtivement un changement dans les rapports de la population avec les médias. [2]

La situation de blocage des centres vitaux du territoire résultant des barrages, entraîne des difficultés généralisées de déplacement et d’approvisionnement. Le durcissement du conflit a des répercussions pénalisantes sur les conditions d’exercice du métier des journalistes. Parallèlement, on assiste à une ferme reprise en main des entreprises médiatiques par leurs propriétaires privés et public.

Un communiqué de presse de l’intersyndicale s’émeut du traitement de l’information telle que la reçoit la population à partir de sources officielles et autorisées. Il condamne «  […] l’attitude irresponsable de certains médias qui attisent un sentiment de peur et de panique dans la population martiniquaise […]  ». Il s’insurge contre « [l]e ressassement systématique des termes « hystérie », « chaos », « famine », « pénurie » et autres termes négatifs [qui] n’est pas pour maintenir un climat de sérénité […] ». Il appelle enfin, « […] au sens de la responsabilité de tous, medias y compris, pour éviter tout débordement […] ». [3]

Un paysage médiatique local particulièrement contrasté se dessine dans ce contexte social troublé.

1.1.1 Des médias classiques en peine…

Le seul quotidien régional de l’île, propriété du groupe de presse Hersant (France-Antilles), maintient une activité d’information fragilisée par une grève simultanée lancée en son sein et par les conséquences du mouvement social sur ses procès de production et d’acheminement. Plus largement, les périodiques d’information rencontrent des difficultés de fonctionnement ; certains sont contraints de cesser toute activité, d’autres innovent pour livrer leurs éditions : c’est le cas de l’hebdomadaire Antilla, qui utilise Internet comme voie et moyen de diffusion.
La circulation importante sur le terrain de supports écrits « alternatifs » de tous ordres (tracts, t-shirts, autocollants, etc.) émanant de syndicats, de partis politiques, de collectifs et d’autres associations est dynamisée par la persistance de la mobilisation collective.

Sur les ondes des radios locales, les émissions sont plus inégales qu’habituellement. Les radios associatives ne remplissent quasiment pas de fonction d’information compte tenu des difficultés de moyens mais surtout de leur ligne éditoriale. Comme à chaque grande crise qui touche le territoire, la radio publique tente de jouer un rôle de référent notable auprès des auditeurs ; RFO-Radio Martinique [4] tire profit du désintérêt dont elle fait généralement l’objet de la part de sa direction mais aussi, des fortes pressions exercées par les annonceurs sur leurs concurrents privés (RCI, Radio Caraïbe International notamment).

Sur le petit écran, la situation est tout aussi ambigüe. La chaîne de télévision publique RFO-Télé Martinique est bloquée par une grève dure qui ne lui permet qu’une diffusion épisodique de débats et d’éditions spéciales d’information assurées par des personnels volontaires. La seconde chaîne, Antilles Télévision (ATV), financées par des capitaux privés, développe une nouvelle ligne éditoriale proche des préoccupations du grand patronat local [5] ; sa reprise par un groupe éloigné du secteur de la communication [6] l’oriente vers un plan social dur [7]. L’autre chaîne privée, KMT (Kanal Martinique Télévision) [8] profite pleinement de la conjoncture pour capitaliser l’audience : elle couvre les événements selon ses propres formats (longs reportages diffusés en boucle en dehors des journaux télévisés en images, débats et émissions interactives). Le bouquet satellite payant (Canal+, Canal Sat Antilles), élargit le spectre de réception de l’information au plan régional, permettant aux téléspectateurs martiniquais de recevoir les chaînes publiques de Guadeloupe et de Guyane, mais aussi des stations guadeloupéennes privées [9]. Sur le réseau câblé, d’autres chaînes (Zouk TV, LCL-Le Canal Local _ cette dernière dirigée par le même patron que KMT) complètent le panorama.

1.1.2 ... Aux TIC et réseaux de téléphonie mobile en force

Dans un contexte socio-économique et politique décalé, l’information circule massivement grâce à Internet qui tire grand profit de la défaillance des médias de masse classiques et de leurs modes de diffusion traditionnels. Le flux des échanges électroniques augmente dans le temps comme dans l’espace, de même que leur densité. Mails, blogs, réseaux sociaux et autres sites favorisent la circulation de textes en tout genre, de photos et vidéos de non-professionnels et créent « (…) un intense maillage de contenus, qui complète indiscutablement l’offre professionnelle, par leur variété, leur instantanéité et leur pertinence » [10].

De même, les échanges importants de textos [11] durant les événements permettent de faire circuler des informations de tous ordres sur et autour de la mobilisation. « Pendant la période dite du carnaval (annulé) certains organisateurs de soirées privées friquées ont informé leurs invités du lieu à la dernière minute par SMS pour éviter les intrusions fâcheuses. Mais les bandes de jeunes qui ont provoqué des troubles et cassé les entreprises l’ont utilisé, comme ceux qui dès le début du conflit social s’étaient retrouvé devant le quartier des Békés à Cap Est. Malheureusement, des SMS calomniateurs ou sans fondement ont aussi circulé dans le réseau, apportant leur lot d’idioties, de provocations et de contre-vérités » [12].

Finalement, la démultiplication des espaces de débats et des lieux de mise en visibilité du mouvement social supplante les sphères traditionnelles d’expression publique. Elle prive les élus de leur traditionnelle capacité d’intervention et dans le même temps, libère la parole de la population qui dessine en creux des modèles alternatifs (Daniel, 2009).

1.2 Des logiques de réception

Face aux logiques de médiatisation de la grève générale aux Antilles, les logiques de réception du traitement médiatique des événements offrent une meilleure compréhension du champ médiatique lui-même et de son action dans les organisations sociales. Deux dimensions complémentaires sont à prendre en considération ici : le lieu à partir duquel il devient possible de saisir l’interaction entre l’espace de production et celui de la réception du message médiatisé ; les processus d’appropriation des formats industriels dans leur diversité sociale et culturelle (Martin-Barbero, 1987).

Dans cette perspective, l’observation porte sur les processus d’interaction entre l’émission et la réception des messages. On conçoit dès lors que les cultures s’élaborent et se transmettent à travers des processus et des dispositifs de communication ; d’où la nécessité d’en saisir les formes comme vecteur de circulation de messages et de les étudier à partir des supports utilisés pour repérer de nouveaux processus de production et de diffusion. L’objectif vise toujours à insérer dans la compréhension du champ médiatique, le sens que les récepteurs accordent à leurs consommations dans ce cadre, en tenant compte des publics concernés, de leurs usages sociaux et pratiques culturelles, de leurs appropriations des identités construites. [13]

Dans le cas de la « grève générale aux Antilles », les médias locaux porteurs des identités minoritaires [14] observent un double mouvement de médiatisation des faits : d’abord, une confrontation des cultures qui met en scène identités majoritaire/minoritaire ; ensuite, une dynamique des territoires qui met en tension les schémas médiatiques dominants. Ici, un premier mouvement répond à la demande sociale relayée par les journalistes locaux en vue de rétablir un équilibre dans le traitement de l’information ; le second mouvement oppose les journalistes et leurs patrons dans l’exercice d’information du public. Ces médias locaux suivent une logique proche de celle des médias nationaux porteurs de l’identité majoritaire qui traitent eux aussi les faits en deux temps : l’invisibilité/silence, et la sur-visibilité/tapage des événements. Là, une première phase crée un effet de frustration des publics antillais qui ressentent une différence de traitement au plan national des affaires les concernant d’avec celles d’autres composantes du territoire républicain. La seconde phase accroit ce sentiment des publics concernés et sensibilisés en raison de leur insatisfaction du traitement de l’information et de leur désir d’être en prise avec les phénomènes en cours.

Le verrouillage de l’information sur place décuple le sentiment de frustration chez les publics directement ciblés, chez ceux indirectement touchés, chez certains professionnels des médias issus du territoire insulaire, voire au-delà. Sur la base de ce sentiment commun de frustration, des acteurs très différents fondent leur mobilisation à partir de revendications hétéroclites ; leurs consommations des médias (communautés d’audience) et leurs usages des TIC (réseaux sociaux numériques) renforcent pourtant la forme et le contenu très homogènes de leur mobilisation collective. Cette dynamique du Liyannaj [15] peut structurer les divers groupes en présence et leur permettre d’organiser leur action. C’est dans un contexte social troublé, dans lequel les médias traditionnels ont beaucoup de mal à faire circuler l’information suivant les modalités habituelles, qu’émerge Télé Otonom Mawon.

2. Emergence d’un média local alternatif

Après onze jours de grève générale, la Martinique qui regarde Kanal Martinique Télévision grâce au réseau hertzien découvre la TOM sur son petit écran en deuxième partie de soirée. La chaîne locale privée ouvre une fenêtre de diffusion au Collectif Télé Otonom Mawon.

Les téléspectateurs font connaissance avec une manière originale de rendre compte des événements (écriture journalistique) ; ils se familiarisent avec une proposition de lecture de l’actualité (ligne éditoriale) ; ils s’habituent à un environnement médiatique sonore et visuel inédit (décor plateau, habillage antenne).

2.1 Un concept innovant pour un contexte décalé

La TOM use du même acronyme qu’un petit théâtre municipal situé à Fort-de-France dans lequel elle monte son plateau et sa régie technique. Logé au cœur des événements, le média jouit d’une réelle proximité par rapport à l’actualité du moment (rassemblements, prises de parole, manifestations de rues, négociations à la Préfecture de Région). Cette situation sur laquelle on revient plus loin, n’est pas sans interroger la position de l’édilité du chef-lieu, gestionnaire de l’équipement culturel, vis-à-vis de la mobilisation et de ses acteurs.

Au commencement, la TOM porte un concept web tv qui sollicite toutes les formes techniques d’émission et s’appuie sur la plus grande diversité qu’offrent les milieux professionnels de l’information et de la communication. Elle fait intervenir des journalistes, des techniciens et d’autres professions de l’audiovisuel poussés par un militantisme professionnel et/ou des convictions idéologiques. Sa première émission fixe le champ d’intervention du média entré en résistance : elle montre la diversité de provenance des animateurs et journalistes qui se succèdent sur le plateau, elle affiche son objectif de sortir des cadres habituels et institutionnels [16]. Profitant de l’ouverture que lui offrent ses confrères de KMT, la télé cultive un ton qui lui octroie rapidement une place notable sur le réseau hertzien.

La TOM se présente d’emblée comme une télé dont la durée d’existence n’excédera pas celle de l’événement qu’elle couvre ; c’est ce qu’on nomme un média éphémère : « […] Vous êtes sur Télé Otonom Mawon, une télévision indépendante. Elle voit le jour aujourd’hui. Elle s’arrêtera quand ce conflit s’arrêtera […]  ». Cette déclaration d’un des promoteurs [17] du concept-média lors de la première prise d’antenne, le 16 février aux environs de 21h50 sur le canal de la chaîne KMT, annonce un format inédit dans le paysage audiovisuel local. Il n’est pas habituel en effet que la disparition d’un média d’information de masse soit programmée a priori et annoncée au public. Cette phrase sera reprise comme signature, dans une bande annonce d’autopromotion du média à laquelle les téléspectateurs sont exposés quotidiennement durant le conflit.

Média multi-canal, la TOM s’assure une bonne couverture du territoire dans un contexte de blocage de l’île durant plus d’un mois. Elle bénéficie en effet, d’une diffusion relativement correcte grâce à l’accord passé avec la chaîne locale privée KMT/LCL émettant sur le câble et sur le réseau hertzien, mais aussi des ressources des réseaux électroniques [18]. Son retentissement numérique immédiat est renforcé par les conditions particulières de circulation de l’information dans ce contexte de crise.

Il faut voir maintenant au plan des contenus ce que l’analyse des programmes indique de la TOM comme média audiovisuel alternatif dans le système médiatique local.

2.2 Un traitement de l’actualité approfondi mais scénarisé

Le concept-média développé par la TOM vise à instaurer à l’antenne un espace d’expression libre de toute pression, de même qu’une information traitée indépendamment de toute obédience idéologique. Les promoteurs du projet disent refuser les images déformantes, les commentaires orientés pro ou anti-grève, la fausse neutralité qui laisse croire que le public est ainsi libre de se faire une opinion ; ils sont sensibles à la situation ayant amené à la grève générale et accompagnent à leur manière la mobilisation collective : « […] Nous avons monté cette télévision parce que nous estimons que l’information n’est pas menée comme il faut, parce qu’il n’y a pas une presse vraiment libre et indépendante dans notre pays […] » [19].

La TOM propose une lecture inhabituelle de la réalité martiniquaise à partir des nombreuses interrogations soulevées par la mobilisation, sa construction, ses acteurs, ses modes d’action, son évolution, ses perspectives. Parmi ces interrogations, certaines apparaissent classiques pour des médias généralistes nationaux qui l’appliqueraient à leur espace, d’autres se montrent plus critiques en raison de l’angle d’attaque et les faits questionnés : le blocage de l’île est-il un mode efficace d’action ? Les organisations syndicales ont-elles bien saisi les aspirations de la population ? Ce mouvement social n’est-il qu’un mouvement de plus ? Jusqu’à quel point la légitimité de la représentation politique est-elle remise en cause ? La télé rebelle émarge à la tradition de la presse écrite martiniquaise des médias d’opinion [20], elle défend donc un point de vue, ne serait-ce que dans la manière de choisir ses questions et les acteurs sociaux qu’elle interroge.

Le média se mobilise tout au long du déroulé des événements. Sur le terrain durant la journée, ses équipes tournent leurs sujets sans entraves, puis les montent grâce au matériel que d’autres professionnels ont mis à leur disposition par solidarité. L’actualité de la grève (mobilisation, négociations, situations en marge) est diffusée le soir même sur le petit écran sous forme de sujets sans voix-off et dont la durée s’éloigne souvent des formats journalistiques. Les thématiques diverses soulevées par la grève font l’objet d’émissions ouvertes au public sous forme de débats enregistrés qui appellent des invités à discuter les perspectives du mouvement social en cours. Ces programmes sont également accessibles sur les réseaux électroniques.

La franche liberté apparente des acteurs de la TOM cache néanmoins de réelles contraintes de fonctionnement auxquelles tous sont censés se plier pour que le média assure sa mission. Parmi ces contraintes, le débriefing du soir après la fin des émissions et la programmation des sujets du lendemain (des conférences de rédaction ?) ; ou encore l’organisation avec un rédacteur en chef tournant et des animateurs et présentateurs (une rédaction ?). Si on garde à l’esprit les conditions d’émergence et de développement de cette télé, une telle structuration présente des caractères organisationnels très fluctuants au quotidien mais également de nombreux aspects inattendus au plan des messages médiatiques diffusés aux publics.

Deux exemples permettent de saisir une dimension scénarisée de l’information traitée par la TOM. Après trente huit jours de grève, alors que la signature d’un protocole de fin de conflit se fait attendre [21], que la tension ne parvient toujours pas à retomber, de nouveaux développements dans la rue conduisent le média à poursuivre ses émissions. La TOM avait en effet déjà annoncé sa décision d’interrompre définitivement sa diffusion à compter du 2 mars 2009.

Dans la nuit du 5 au 6 mars, plusieurs entrepôts brûlent. Dans la journée du 6, un cortège de tracteurs, de camions, de véhicules 4x4, d’autres engins en provenance de la côte atlantique, converge en « opération escargot » vers Fort-de-France. Les planteurs de bananes qui conduisent cette caravane protestent contre le blocage du seul port de marchandises de l’île par des grévistes. A leurs côtés, des chefs d’entreprise manifestent également leur opposition aux blocages. Tous déclarent leur volonté que soit respectée la liberté du travail, et décident de se faire entendre jusqu’au cœur du mouvement, devant la Maison des syndicats. L’information circule à tel point que des rumeurs les plus invraisemblables se répandent dans la cité sur les intentions de cette équipée [22].

Les images qui parviennent aux téléspectateurs le soir même montrent des grévistes mobilisés qui tiennent les barrages, des manifestants des quartiers populaires qui s’en prennent aux véhicules et engins des planteurs pénétrant dans la ville. Dans plusieurs points, des affrontements éclatent entre les manifestants et les gardes mobiles qui tentent de protéger les membres du cortège. Les négociations qui se tiennent au même moment dans le centre-ville, à la Préfecture de Région sont interrompues. Le député-maire qui laisse les négociations avec ses collaborateurs pour s’interposer entre de jeunes manifestants issus de son quartier et les gardes mobiles, est lui-même refoulé sans ménagement par les forces de l’ordre sous l’œil des caméras. Les risques de dérapages et d’affrontements violents conduisent les patrons et leurs sympathisants, de même que les gardes mobiles à se retirer. [23]

De nouvelles images relatent d’autres faits de tension dans la ville ce même 6 mars en fin de journée. C’est devant la Maison des syndicats que des centaines de manifestants font face aux gardes mobiles dans une atmosphère extrêmement tendue. Au terme d’une guerre des nerfs, les premiers font reculer les seconds sans qu’aucune bombe lacrymogène ne soit lancée, sans qu’aucun coup de feu ne soit tiré. Bras levés, entonnant l’un des slogans chantés les plus repris dans les défilés des jours précédents « Sé pou laviktwa nou ka alé » («  Nous marchons pour la victoire »), les manifestants y ajoutent « Yo armé, nou pas armé » («  Ils sont armés, nous ne le sommes pas »). Leur nombre grossissant, ils encerclent progressivement les gardes mobiles et les contraignent à remonter dans leurs camions. L’issue de ce face à face illustre certainement la crainte générale que ne se reproduisent les violentes émeutes urbaines de la nuit du 24 au 25 février 2009, dont le souvenir reste vivace dans les mémoires.

Ces images télévisées de développements inattendus sur le terrain sont diffusées de nouveau les jours suivants, par la TOM, sur KMT ainsi que sur Internet [24]. Aucun autre média ne montre ces scènes avec les mêmes images. Il est difficile de ne pas y voir le symbole du « pot de terre contre le pot de fer », celui d’une opposition légitime des Martiniquais à un Etat injuste, détenteur du monopole de la violence légitime, défenseur des monopoles économiques locaux. Ici, la TOM prend position clairement dans sa manière de traiter l’information qu’elle livre aux téléspectateurs. Au plan de la réception du message médiatisé, on peut toutefois interroger l’impact direct et/ou indirect de ces images à la fois sur les grévistes et manifestants favorables à la mobilisation, sur les opposants et les détracteurs du mouvement. De même, on peut étendre cette question à l’ensemble de la population martiniquaise exposé à ces images, et plus largement, au reste du monde quand on sait le retentissement médiatique international de cette crise antillaise.

Par ailleurs, si l’exercice du débat en présence du public offre quelque avantage au plan de la spontanéité des interventions sur le plateau, il limite assurément la dimension contradictoire nécessaire aux échanges destinés à faire progresser la connaissance sur un sujet. Autrement dit, la TOM laisse encore une trop grande place à la forme (lumière, mouvement, polémique) dans le traitement de l’information, aux dépens du fond (hypothèses, argumentation, contradiction). Plus largement, la pratique de l’information d’actualité souligne le poids de la contrainte du quotidien, elle traite de manière moins approfondie qu’un traitement hebdomadaire des problématiques soulevées par la mobilisation collective.

Finalement, le mouvement social vu par la TOM répond moins à une logique liée au politiquement correct [25] qu’à un traitement en profondeur affecté toutefois de limites « cognitives ». Car le message médiatique contribue peu ou prou à déterminer le regard du public sur le sujet, et le rôle des représentations médiatisées diffusées auprès du public durant cette période reste à discuter. Ce travail sur les modes de traitement de l’information permet de saisir le rôle joué par la TOM dans la manière d’imaginer, de mobiliser une nouvelle communauté martiniquaise voire de la transformer. Si on convient que la médiatisation constitue l’une des voies de communication empruntée par la mise en récit des sentiments d’appartenance, la TOM parvient-elle à s’écarter des discours médiatisés stéréotypés ?

Pour l’heure, on peut affirmer que le positionnement de la TOM au moment de la crise s’accorde avec une communauté d’audience qui ne se reconnaît pas dans ce que lui montrent les médias locaux  : « La grande médiocrité du paysage audiovisuel martiniquais ajoutée à la crise que nous vivons actuellement aura permis de faire émerger une initiative spontanée, ce soir a démarré à 21H50 un média qui n’est que le fruit de la bonne volonté de plusieurs compétences dans cette île. TOM (la Télé Otonom Mawon) une idée qui n’a même pas une semaine - alors qu’il faut au moins deux ans pour monter un tel média. TOM est diffusée ce soir à 21H50 sur KMT (heure Martinique) » [26]. Le discours sur lui-même que tient le média en lutte contre l’ordre médiatique établi renforce ce sentiment.

D’une certaine manière, cette autre façon de faire de la télévision révèle au grand jour les limites du paysage audiovisuel martiniquais : « En revanche, je ne comprends pas pourquoi les chaînes publiques pour lesquelles nous versons la redevance ne nous informent pas en permanence sur cette grève. Même si j’ai les chaînes privées et internet pour m’informer, je pense aux personnes âgées comme ma mère qui n’ont pas ces moyens modernes de communication. J’en profite pour dire merci à ATV qui essaie, en plus, chaque soir de faire un mini débat » [27].

2.3 Une représentation de l’identité fortement technicisée

Si on convient que les cultures s’élaborent et se transmettent à travers des processus et des dispositifs de communication, les comprendre suppose de les saisir au travers des modalités de circulation des messages et de les étudier à partir des supports utilisés. Cette perspective permet de repérer de nouveaux processus de production et de diffusion des cultures. La mondialisation et la globalisation qui touchent les sociétés contemporaines révèlent la composante technique des contenus identitaires, au-delà des seules dimensions relationnelle et mémorielle des identités collectives.

Comme tout média audiovisuel au plan technique, la TOM joue pleinement le rôle des indices sonores et visuels (musiques, chants, phénotype, langue, etc.) dans la construction des représentations identitaires à l’écran. Pour autant, elle mesure en permanence le risque réel de sacrifier le recul analytique propre à la presse écrite au profit de mises en scène simples et spectaculaires. Le média se présente d’autant plus dé-formaté, qu’il met en débat les représentations de l’identité martiniquaise fondées sur des faits historiques tragiques, liées à la défense du patrimoine culturel, structurées cependant sur quelques évidences (la plantation, l’esclavage).

Suivant le principe observé plus haut de mise à disposition militante des équipements techniques servant à la production et diffusion des programmes, les supports servant l’habillage antenne de la « chaîne » et les décors du plateau ne font pas l’objet d’échanges marchands. Il s’agit le plus souvent pour ces professionnels des domaines de la communication, des arts et du spectacle de marquer leur soutien franc au mouvement contestataire.

D’abord, le logotype qui figure l’identité visuelle voulue pour la TOM montre un ancrage du média dans son espace sociolinguistique créolophone. Les références à l’histoire de l’esclavage et à une culture de résistances (depuis le marronnage) y sont bien présentes. De même, on retrouve dans ce logo, des renvois au débat politique local sur la question du statut institutionnel des trois Départements Français d’Amérique (DFA) : départementalisation, autonomie ou indépendance. Les mots signifiant le nom du média sont disposés de telle sorte qu’on a l’impression que le caractère premier de cette télé repose sur une profonde aspiration à la liberté. Les couleurs des lettrines parfaitement adaptées au fond de valeur noire comme d’ailleurs au fond de valeur blanche de l’image, renforcent l’idée d’une source lumineuse rayonnante (couleur jaune _ Télé) qui renvoie à un univers de liberté et de responsabilisation (couleur bleue _ Otonom) pour des femmes et des hommes en résistance contre un système injuste de domination (couleur marron _ Mawon).


Ensuite, la bande-annonce de début et de fin de diffusion des programmes, les virgules et autres jingles confirment un enracinement linguistique créole du texte sans opposition avec le français [28], l’autre langue présente sur le territoire. La bande-annonce et autres supports du même type sont supportés par une bande sonore générique tirée d’un morceau composé pour l’occasion et interprété par une artiste guadeloupéenne installée en Martinique. Ce chant de soutien («  grèv an peyi-la » traduit par nous, « grève dans le pays ») est à la fois, un hymne au respect des Antilles-Guyane et de leurs populations, une dénonciation des abus des puissants, un appel à régler ce conflit par la négociation et à l’intégration régionale des DFA dans leur zone géographique naturelle. Sur un air de musique traditionnelle guadeloupéenne (gwo ka) arrangée de façon moderne, ce titre-phare des bandes sonores de la grève transporte tout le questionnement sur le rôle des cultures dans les processus d’intégration dominants : s’opposer radicalement aux mutations en cours par une attitude de repli identitaire ou interagir avec elles en sollicitant les identités culturelles comme ressource du changement [29].


T.O.M jingle web san pawol www.vimeo.com/vertpre (image captée)


Bande Annonce Tele Otonom Mawon www.youtube.com/watch (image captée)

Par ailleurs, le décor du plateau réalisé par des plasticiens locaux est en prise directe avec le réel social, culturel et politique martiniquais du moment. Il est dominé par les couleurs rouge et noir et met en exergue des pancartes faisant référence à la période esclavagiste et aux revendications du mouvement social. Gilles Lucas [30] l’évoque en ces termes : « Au milieu d’un décor rassemblant les matériaux indispensables à la construction d’un barrage routier – pneus, palettes, cônes de chantier et autres mobiliers urbains – opinions et propositions s’échangent devant des téléspectateurs participant au mouvement, dans une véritable interactivité à faire pâlir de jalousie les marchands d’images ».

C’est certainement davantage cette participation des spectateurs présents dans les gradins du théâtre qui est à prendre en compte dans la dynamique créative des émissions-débats produites par la TOM. Contrairement à ce qui se fait habituellement dans les télévisions en Martinique, là, il y a place pour un nombreux public qui ne fait l’objet d’aucun filtrage officiel ni dans l’accès au lieu de tournage, ni même dans la mise à l’écran ou la prise de parole à l’antenne. Au fond, l’unique filet de contrôle reste le moment du montage puisqu’aucun débat n’étant diffusé en direct, tout élément non voulu peut se trouver écarté.


Le plateau de Télé Otonom Mawon
http://www.caraibedeveloppement.com/mobilisation/MediasCrise.html

Dans le prolongement de l’idée « s’identifier comme et, être identifié par », et donc de l’idée d’assoir l’identité du média, les présentateurs des débats sur le plateau, les équipes de reporters sur le terrain sont repérables grâce à leur t-shirt aux couleurs et au logo de la TOM. Des programmes en phase avec l’actualité du moment tant dans le fond que dans la forme sont la preuve qu’il est possible de faire une autre télévision sur place.

Finalement, la TOM exprime une tentative de s’émanciper des schémas dominants routiniers qui ne permettent pas de faire autre chose, de faire autrement pour mieux être à l’intérieur de son territoire. En ce sens, on est bien en présence d’un média alternatif [31]. Dès lors, il s’agit de prendre la mesure du rôle que joue la communication dans la construction et la circulation des phénomènes identitaires. En dépit de sa durée de vie limitée, la TOM investit pleinement l’esthétique comme porteuse de sens au plan symbolique pour la définition d’une identité martiniquaise.

La conscience aigüe que les promoteurs du projet ont des formats en télévision, n’empêche que la TOM développe une identité sonore et visuelle originale dans le paysage audiovisuel martiniquais durant cette période. La prise en compte des indices visuels et sonores portés par la TOM révèle, au-delà des aspects relationnels et mémoriels de l’identité, une composante technique des contenus identitaires valorisée dans un monde globalisé. L’inscription de pratiques médiatiques minorisées dans un processus de médiation alternatif interroge la place et le rôle du média dans sa contribution aux discours publics sur les identités, à l’intérieur du territoire comme dans la relation de ce dernier au monde.

2.4 Un construit identitaire revisité

Il est certainement encore tôt pour évaluer concrètement la place et le rôle de Télé Otonom Mawon dans sa contribution aux discours sur les identités à l’intérieur du territoire. Néanmoins, durant la grève générale, les sentiments identitaires se greffent sur les modes de circulation, de réception et d’appropriation des messages qu’autorisent l’apparition et le développement de la TOM. Les discours médiatisés de la télévision en résistance, de même que les acteurs de la médiatisation développent des représentations sur le thème identitaire.
A partir de là, quelques pistes intéressantes méritent d’être initiées ici.

Durant le mouvement de février-mars 2009, la TOM intervient indéniablement dans l’espace au sein duquel est débattue la question de nouveaux rapports sociaux dans la société martiniquaise. En sollicitant la pluralité des sensibilités des divers acteurs impliqués de ce que l’on a coutume d’appeler la « société civile », la TOM tente de présenter une approche compréhensive des transformations accélérées qui touchent la Martinique. En autorisant que les débats soient menés par des animateurs qui pour la plupart ne possèdent pas la culture des professionnels de l’information, la TOM propose une autre manière d’envisager les interactions avec les phénomènes qui font changer cette société. Ses animateurs contribuent par leur action, à ce que tout citoyen se forge une opinion ; ils participent donc à la construction d’une opinion publique locale.

Un vrai problème demeure cependant, celui du contexte sociopolitique qui conditionne les représentations de « l’identité martiniquaise » et influence la circulation des messages, permettant à ces représentations identitaires d’être diffusées. Les discours publics s’articulent généralement sur la nature des relations à la Métropole posant ipso facto la question du changement de statut pour le territoire ; ils se structurent aussi autour de préoccupations culturelles visant la conservation du patrimoine. « L’identité martiniquaise », quant à elle, se fonde essentiellement sur le rapport à l’Autre (métropolitain), suivant des critères historiques et culturels et reprenant ses figures classiques (la plantation, la société d’habitation, le nègre marron, le phénotype noir, la langue créole).

Le premier élément de réponse à apporter est que le développement de la TOM sur un temps limité certes, s’affranchit du cadre marchand pour traiter, transmettre et favoriser l’échange de traits symboliques sur et autour de la crise (média multi-canal). C’est en ce sens que le média peut donc s’apparenter au rôle d’entrepreneur de biens symboliques « identitaires » et à se distinguer des autres.

Le second élément de réponse consiste à dire que, durant cette période décalée, les acteurs de la TOM inversent les rapports avec les acteurs sociaux influents dans un espace insulaire caractérisé par une forte interconnaissance. Les animateurs de la TOM se libèrent des exigences organisationnelles de leurs entreprises d’origine (audience, rendement) qui, elles-mêmes obéissent à une logique libérale de fonctionnement sur un marché économique (cahier des charges, ligne éditoriale). Ils s’inscrivent dans une logique de questionnement et d’analyse des faits, voire de remise en cause du système social contre les schèmes intellectuels de référence (essentialisme, identité racine). Leur positionnement professionnel qui somme toute diffère peu de celui de la presse d’opinion, supplante la « neutralité » généralement avancée par les journalistes pour laisser le soin au public [32] de se faire son opinion.

Très tôt en effet, sur des forums, les internautes interrogent la durée de l’expérience TOM, l’origine sociale de ses animateurs et les projets personnels de ces derniers dans ce mouvement, mais aussi la proximité du média alternatif d’avec le public. Quel avenir pour la TOM après la grève ? Comment concilier le statut de fonctionnaire d’Etat que possèdent certains acteurs de la TOM avec leurs positions nationalistes affichées ? Quelles distinctions effectuer entre la peopolisation de ces mêmes acteurs et leurs références systématiques au peuple  ? La place de « monsieur tout le monde » dans les programmes de la TOM tient-elle d’une attention véritable de proximité ou plutôt de la mise en scène classique de la distance-proximité dont sont coutumiers les médias locaux ?

3. Une logique contestataire discutée

La TOM est loin d’être le résultat d’une action portée par un groupe d’acteurs homogène. Le caractère pluriel que le média tient de l’apport de ses ressources humaines permet de rendre compte aussi des échanges des acteurs de la télé sur et autour des taches en son sein. Quels marchandages, quelles alliances, quels conflits se sont-ils développés dans ce construit social ? Comment ces négociations, coopérations et tensions ont-elles évolué dans le temps ? Une fois la TOM cernée dans sa manière de faire de l’information, il devient possible de mesurer sa dimension contestataire par rapport aux autres médias à l’intérieur comme en dehors du territoire.

3.1 Des professionnels engagés

La TOM est avant tout un média en lutte [33], nettement imprégné de l’esprit du mouvement social en cours en février 2009. « […] Cette télévision a été montée avec toutes les forces vives de l’audiovisuel et du journalisme en Martinique, qui sont indépendantes dans leur mouvement, indépendantes dans leurs têtes […] » [34]. Au sein du groupe qui l’accueille, les rapports avec d’autres communicants et formateurs, conseils du Collectif du 5 février, confirment la mesure de son implication militante. En opposition avec le système médiatique local, son concept vise à instaurer à l’antenne un espace d’expression libre, de même qu’une information traitée de manière décomplexée et responsable.

Dès la première émission qui fixe le cadre de la télé en résistance, la TOM apparaît comme un média pluriel : animateurs et présentateurs proviennent de tous les horizons de la production audiovisuelle et du journalisme local. Cette diversité que l’on note à l’écran se décline au plan professionnel dans lequel l’information côtoie sans difficulté apparente la communication ; la diversité est également présente au plan statutaire des acteurs dans lequel intermittents du spectacle et salariés travaillent visiblement de concert et hors compétition ; la diversité se retrouve enfin, au plan des formes d’entreprises représentées dans cette démarche : médias analogiques/médias numériques, société à responsabilité limitée/entreprises individuelles, secteur public/secteur privé, etc.

Toutefois, l’invisibilité de professionnels de deux importantes chaîne et station locales privées dans cette démarche interroge. Si les fortes pressions exercées sur les salariés de ces entreprises médiatiques par leurs patrons contrarient l’expression d’une solidarité ostensible au mouvement, elles n’empêchent pas des actions souterraines de soutien au mouvement. D’autres questions se posent : sur quelle base, la petite chaîne de télévision KMT accepte-t-elle d’aider à la réalisation de ce projet ? Quelle interprétation donner à la grande marge de manœuvre dont semblent disposer les employés du service public de l’audiovisuel dans cette affaire ? Quels sont les divers réseaux mobilisés entre tous les professionnels impliqués ?

De même que la population défile et occupe l’espace public au quotidien pour dénoncer la cherté de la vie et l’exploitation outrancière, les professionnels à l’origine de la TOM alimentent leur frustration dans la pratique courante de leur métier, d’un fort désir de changer radicalement cet état de fait. Cette situation de crise leur ouvre un champ des possibles individuellement mais aussi collectivement.

3.2 De l’intervention d’alliés extérieurs

Deux jours après le début de ses émissions, une annonce parue sur un site d’information régionale en ligne indique que la TOM recherche des animateurs. Cette annonce est immédiatement relayée sur le réseau social numérique Facebook par des étudiants en information-communication de l’Université Antilles-Guyane. Il est notable que les étudiants de cette filière notamment sont directement interpellés par l’opportunité offerte d’obtenir une expérience dans leur domaine de compétences. Mais plus largement, on retrouve des étudiants de l’Université dans plusieurs autres formes d’organisations sur le terrain (partis politiques, collectifs, divers autres groupes formels). [35]

Par ailleurs, cela a été dit plus haut, le plateau de la TOM est édifié sur la scène d’un théâtre municipal récemment restauré et dirigé par des artistes, le Téyat Otonom Mawon (le TOM). Situé au centre-ville de Fort-de-France, la structure, connue jusqu’en 2006 sous le nom de Petit Théâtre de la Croix Mission, présente l’avantage d’une réelle proximité avec les événements se déroulant exclusivement dans le chef-lieu. Cette situation confère à la Télé Otonom Mawon un avantage certain sur tous ses homologues, quant au traitement de l’information.

La bienveillance de l’édilité gestionnaire de l’équipement culturel via la marge de manœuvre laissée à ses cadres est évidente à l’égard de la mobilisation sociale et de ses acteurs. En effet, le directeur de la structure, artiste lui-même, et originaire du même quartier populaire que le député-maire, deviendra en 2011, le conseiller général du canton, élu du même parti que le premier magistrat de la ville. A l’occasion des élections régionales la même année, le maire renforcé par sa bonne gestion politique de la crise, laissera d’ailleurs son poste à son premier adjoint au profit de celui de président de l’assemblée nouvellement élue.


3.3 Aux luttes internes d’influence

Dès le départ, les deux grandes tendances à l’initiative de la TOM traversent au quotidien le média dans ses choix de diffusion de programmes au point de créer au quotidien de réelles tensions en son sein même. Pour les uns, l’action d’information doit obéir aux règles strictes de contenu et du traitement journalistiques alors que pour les autres, informer doit conduire le récepteur du message à réfléchir et agir sur son réel hors des cadres convenus.

Ces deux options ouvrent le débat sur le type d’information que la TOM doit traiter, de même que sur les modalités de traitement de l’information. La question de l’objectivité journalistique et du respect des formats dans le domaine de l’actualité se heurte à celle de la liberté de création et du droit à l’expérimentation. Par exemple, introduire de la poésie dans l’actualité par le biais d’illustrations imagées en rapport avec les événements constitue une innovation proposée au public en dehors des formats habituels.

Sur de nombreux autres points, les deux tendances initiatrices de la TOM coopèrent tout en se confrontant d’autant que les lignes de fractures entre elles ne sont pas étanches. Par exemple, la question de l’audience divise ceux qui privilégient « l’actu » et les principes visant à ce que le téléspectateur « ne décroche pas », de ceux qui souhaitent concevoir et diffuser les messages autrement pour une plus grande liberté du public. De même, le thème de la visibilité publique du média fait naître des tensions entre partisans d’une télé identifiable par rapport aux « concurrents » et dont il faut assurer la promotion de manière classique, et militants d’une télé non repérable dans l’espace public pour respecter « l’esprit marron » du média.

D’une manière générale, le fait d’évoluer dans une sphère spatio-temporelle exceptionnelle qui offre aux acteurs de larges marges de manœuvre, favorise chez ces derniers des comportements de type volontaire et des conduites attentistes. Dans le cas de la TOM, les acteurs mus par la conviction d’une nécessaire solidarité avec le mouvement côtoient d’autres acteurs dont l’action résulte de l’effet d’entraînement et de la conformité au groupe. Les premiers se rendent compte progressivement qu’ils sont capables de réaliser de grandes choses par eux-mêmes et collectivement. Les seconds reconnaissent le caractère exceptionnel du moment vécu, mais se projettent déjà dans la reprise des activités normales. Si les uns considèrent que le média appartient à un système social et que transformer le média n’est pas transformer la société, les autres voient le média comme un système autonome et estiment suffisante la dimension technique des changements de l’outil médiatique.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer l’occurrence d’au moins deux visions de la télévision qui traversent la TOM et conditionnent son fonctionnement d’organisation. Les identités professionnelles présentent ici une certaine pertinence pour mieux comprendre le positionnement des acteurs. En effet, on conviendra que même dans une organisation telle que celle présentée, les rapports hiérarchiques ne disparaissent pas : des patrons de sociétés de production audiovisuelle côtoient leurs salariés sur et autour de la tache dans un autre espace de coopération professionnelle... Dans ces métiers de la télévision, certains professionnels se trouvent plus exposés que d’autres : le reporter d’images est pris dans la dynamique de mobilisation de la rue, le journaliste présentateur est visible à l’écran, tandis que le technicien en régie ou en plateau est invisible du public. Chacun développe des stratégies différentes.

Les deux tendances se rejoignent néanmoins sur l’essentiel en cette période de crise : « […] Dans les assemblées, avec les grévistes des autres chaînes, on s’est dit qu’il fallait de l’information dans ce mouvement historique, dans ce moment où peut-être même l’histoire est en train de basculer, et auquel toute la population participe… Télé Otonom mawon est un territoire qui n’appartient à aucun média… » [36]. Plus qu’une télé au service du mouvement contestataire, la TOM se veut à l’écoute de la crise.

Au terme du mouvement social, au moment de savoir quelle suite donner à la TOM, les deux tendances à l’origine même de l’expérience refont surface de manière tranchée. Le groupe constitué en majorité par des réalisateurs et auteurs, et qui a vécu un moment intense de partage collectif fait part de son désir de préserver l’esprit de spontanéité, de forum citoyen qui a présidé au développement du média et à ses productions. Pour ce groupe, cette forte collaboration ponctuelle certes, existe et peut désormais être réactivée à n’importe quel moment. En face, le groupe composé essentiellement de journalistes, techniciens de plateau et chefs d’entreprise audiovisuelle, et pour lequel l’expérience est riche d’enseignements, penche davantage pour un regroupement formel décidé à maintenir la TOM sous des formes diverses dans l’espace public après la grève (émission mensuelle, chaine de télé officielle, etc.). L’union sacrée qui a conduit un ensemble d’acteurs à affronter ensemble cette crise, vole en éclat une fois la grève achevée. Dissensions idéologiques qui s’exacerbent dans un contexte sociopolitique en voie de normalisation et appel pressant du quotidien en voie de stabilisation limitent la structuration de l’expérience.


Conclusion


Lors du mouvement social de 2009 aux Antilles françaises qui bloque la Guadeloupe et la Martinique plus d’un mois, discours publics, pratiques sociales, et représentations collectives illustrent les dimensions du malaise post-colonial dans ces territoires. L’expérience de Télé Otonom Mawon (TOM) en Martinique, souligne les tensions qui animent la collectivité d’outre-mer, la relation problématique qu’elle entretient avec la France.

D’abord au plan des contenus, l’analyse des programmes précise en quoi la TOM se présente comme un média audiovisuel alternatif au système médiatique local. Ce travail sur les modes de traitement de l’information contribue à saisir le rôle joué par cette télévision dans la manière d’imaginer, de mobiliser une nouvelle « communauté martiniquaise » voire de la transformer. Le temps du conflit, en effet, formats et contenus des programmes de la télévision illustrent les processus qui « travaillent » le territoire.

Ensuite au plan des acteurs, l’étude des discours indique les lieux de proximité et de distance du média d’avec ses publics, au cœur du paysage médiatique martiniquais et dans un contexte social singulier. La mise en lumière des réseaux, des collaborations et des tensions à l’œuvre en interne comme en externe, éclaire les faits à l’origine du concept-média mais aussi, le sens à attribuer à cette démarche. Les informations qui circulent à travers les productions de la TOM ouvrent en effet, un débat sur l’identité collective martiniquaise dans un espace public local émergeant.

Enfin au plan des cadres de références, l’observation des codes, signes et symboles développés dégage les dimensions identitaires que la TOM projette sur ses publics. La prise en compte des indices visuels et sonores portés par le média permet de cerner, au-delà des aspects relationnels et mémoriels de l’identité, la composante technique des contenus identitaires valorisée dans un monde globalisé. En tant que support de diffusion de formes culturelles, la TOM participe pleinement à la production de nouveaux modèles sociaux, mais contribue certainement aussi à la reproduction de modèles existants ; la fonction identitaire des médias est à ce prix.

Finalement, Télé Otonom Mawon représente une expression médiatique du mouvement social durant la grève générale de février-mars 2009 en Martinique. Alors même que la révolte sociale pose la question de nouveaux rapports sociaux dans la société martiniquaise, l’expérience originale de la TOM ouvre le champ pour que les médias proposent un autre point de vue sur le monde social. Elle manifeste son opposition à un ordre médiatique établi dans le paysage audiovisuel martiniquais, voire au-delà. Ses productions permettent à la fois, la promotion de « l’identité » et l’émergence d’un espace public local. « L’identité martiniquaise » est un enjeu de luttes de définitions : elle constitue toujours une construction sociale et culturelle, souvent une construction médiatique, par moments une construction contre d’autres médias. Simplement, l’inscription de pratiques médiatiques minorisées dans un processus de médiation alternatif exige de s’interroger sur la place et le rôle du média dans sa contribution aux discours publics sur les identités à l’intérieur du territoire comme dans la relation de ce dernier au monde.

Références bibliographiques

BRELEUR Ernest, CHAMOISEAU Patrick et Alli., Manifeste pour les “produits“ de haute nécessité, Martinique – Guadeloupe – Guyane – Réunion, Paris, Editions Galaade / Institut du Tout-monde, 2009, 16 p.

CROZIER Michel, FRIEDBERG Erhard, 1977, L’acteur et le système : les contraintes de l’action collective, Paris , Le Seuil.

DANIEL J., 2009, « La crise sociale aux Antilles françaises », EchoGéo [En ligne], Sur le vif 2009, mis en ligne le 30 mars 2009, consulté le 17 février 2012. URL : http://echogeo.revues.org/11117.

MARTIN-BARBERO, Jésus, 1987 (trad. fr. 2002), Des médias aux médiations. Communication, culture, hégémonie, Paris, CNRS Editions, 222 p.

OLLIVIER Bruno, 2007, Les sciences de la communication. Théories et acquis, Paris, Armand Colin, 284 p.

PULVAR, Olivier, 2009a, « Hybridation culturelle en espace insulaire créolophone et francophone », in Quelle communication pour quel changement ? Les dessous du changement social, Agbobli Christian (s/d), Québec, Presses de l’Université du Québec, p. 205-217.

PULVAR, Olivier, 2009b, « Constructions identitaires et communications médiatisées en Martinique », in Paroles d’outre-mer. Identités linguistiques, expressions littéraires, espaces médiatiques, Idelson Bernard, Magdelaine-Andrianjafitrimo Valérie (s/d), Paris, l’Harmattan, p. 215-222.

PULVAR, Olivier, 2009c, « Le bèlè en Martinique, défense du patrimoine et promotion de produits culturels », in Kiyindou Alain, Ekambo Jean-Chrétien, Miyouna Ludovic-Robert (dir.), Communication et dynamique de globalisation culturelle, Paris, L’Harmattan, p. 39-48.

Sources électroniques

LUCAS, Gilles, « Télé Otonom Mawon : liberté à l’antenne, CQFD n°65, mars 2009, www.cequilfautdetruire.org/spip.php ?article1966

SAE, Robert, Meeting d’information et de soutien à la grève générale en Martinique, 28 mars 2009,www.millebabords.org/spip.php ?article10585,www.paroledonee.org%20%20%20...

SERALINE, Yv-Mari, « Les médias dans la mobilisation en Martinique », Mobilisation en Martinique, grève générale. Images des luttes sociales et des événements.

www.caraibedeveloppement.com...

TABERNA, Goizeder, « Dans un processus révolutionnaire », Le journal Pays Basque, 18 avril 2009, http://cspb.unblog.fr/2009/04/

MENDES-France, Mireille, « La Martinique, enfin… ? De l’effet Obama… du 20 au 28 février 2009 », Cedetim, 4 mars 2009, http://www.reseau-ipam.org/spip.php...


Résumé :L’article propose d’étudier l’émergence d’un média audiovisuel, Télé Otonom Mawon (TOM), lors du mouvement social de février-mars 2009 en Martinique. L’analyse du paysage médiatique martiniquais dans ce contexte social singulier permet de saisir les faits à l’origine de la création de la TOM mais aussi, de comprendre le sens que ses promoteurs donnent à leur action. L’inscription de ces pratiques médiatiques minorisées dans un processus de médiation alternatif exige de s’interroger sur la place et le rôle du média dans sa contribution aux discours publics sur les identités à l’intérieur du territoire.

Mots-clés (auteur) : Médias, identités, cultures, communication, espace public


Title : Show differently to look differently : TOM, a "ephemeral media" in the social movement of 2009 in Martinique

Summary : The article proposes to study the emergence of a visual media, TV Otonom Mawon (TOM) during the social movement of February-March 2009 in Martinique. Analysis of Martinique media landscape in this unique social context captures the facts behind the creation of the TOM but also to understand the meaning that its promoters give their action. The inclusion of these minoritized media practices in a process of alternative mediation requires to consider the place and role of the media in contributing to public discourse on identities within the territory.

Keywords (author) : Media, identities, cultures, communication, public space

NOTES

[1] Sur la chronologie des événements, on pourra consulter l’intervention de Robert Saé, porte parole au moment des événements du mouvement nationaliste Conseil National des Comités Populaires (CNCP), Meeting d’information et de soutien à la grève générale en Martinique, 28 mars 2009, http://www.millebabords.org/spip.ph... http://www.paroledonee.org%20%20%20...

[2] Goizeder TABERNA, « Dans un processus révolutionnaire », Le journal Pays Basque, 18 avril 2009, http://cspb.unblog.fr/2009/04/

[3] Communiqué de presse du Collectif du 5 février, 16 février 2009, 7h00, publié par Blog Otonom Mawon, Collectif du 5 Février, http://www.collectif5fevrier.blogsp...

[4] Martinique 1ère, depuis le 30 novembre 2010 avec l’arrivée de la « TNT Outre-mer ».

[5] Journaux télévisés, débats et émissions spéciales sont perçus par les grévistes et leurs sympathisants comme faisant l’objet d’un traitement ostensiblement partisan. Voir les analyses et commentaires d’internautes sur http://rss.grioo.com/forum/viewtopi... ou encore www.cnt-f.org/cnt66/spip.php....

[6] Le cœur d’activité du Groupe Seen porte sur l’environnement et la gestion des déchets. L’une de ses figures de proue, Yann Monplaisir est aussi un homme politique membre de l’UMP local (www.groupeseen.com).

[7] Les incidences sont immédiates : le rédacteur en chef remercié est remplacé par un directeur de l’information, jusque-là Secrétaire général du Groupe privé, et ancien journaliste de la chaîne.

[8] Le K symbolise l’ancrage créolophone du média ; son slogan en est une preuve : « Sé télé peyi-nou », traduit par nous, « c’est la télé de notre pays ».

[9] Par exemple, Canal 10 dont le rôle est notable dans l’orientation du mouvement social en Guadeloupe.

[10] Yv-Mari Séraline, « Les médias dans la mobilisation en Martinique », Mobilisation en Martinique, grève générale. Images des luttes sociales et des événements. www.caraibedeveloppement.com...

[11] Le terme désigne en français les SMS (Small Message System) diffusés par le biais des téléphones portables.

[12] Yv-Mari Séraline, op. cit. www.caraibedeveloppement.com...

[13] Cette approche se penche sur la réinterprétation des messages par les récepteurs, les réorganisations sociales qu’ils encouragent, les recompositions territoriales qu’ils entrainent. Elle s’inscrit dans le prolongement des analyses de l’Ecole de Birmingham que le courant latino-américain des Cultural Studies nomme la médiation et les manières de voir les produits médiatiques. Parmi ses représentants les plus connus, on trouve Jesus Martin-Barbero, Renato Ortiz ou encore Nestor Garcia Canclini.

[14] Dans le champ des Sciences de l’information et de la communication, on dit d’un média qu’il est minoritaire dans la mesure où sa production s’adresse à un public ciblé selon des appartenances spécifiques (culturelles, religieuses, territoriales, etc.) dans une sphère de réception plus étendue (national par exemple).

[15] Elle consiste à allier, rallier, lier, relier et relayer tout ce qui jusque-là se trouvait désolidarisé.

[16] Les vidéos sont accessibles sur les sites dédiés comme www.youtube.com, www.dailymotion.com, www.martiniquetelevisions.com, etc.

[17] Joslyn Vautor, réalisateur très en vue de la place, est à la fois producteur, chef d’entreprise et présentateur de programmes de divertissement pour les chaînes locales. Pionnier dans le domaine des industries culturelles en Martinique, il est à l’origine d’entreprises de production audiovisuelle, de télévisions locales privées, de concepts d’émissions. Ce quadragénaire doué et bouillant est connu pour ses prises de position publique iconoclastes.

[18] Le Blog Otonom Mawon du Collectif du 5 Février (www.collectif5fevrier.blogsp...) a été réalisé par un prestataire local. L’adresse de messagerie électronique pour joindre la rédaction, les sites généralement dédiés aux vidéos renforcent le sentiment de pouvoir entrer en contact aisément avec la télé.

[19] Joslyn Vautor, l’un des entrepreneurs média très visible de ce projet a été formé à l’American Arts Center (Paris) dans les années 1980, avant d’entamer sa carrière professionnelle dans une société de production (EAG Vidéo) de programmes pour les télévisions nationales et de supports pour de grandes agences de communication publicitaire.

[20] Par exemple, le journal Justice du Parti Communiste Martiniquais qui a fêté ses 90 ans en mai 2010, ou plus près de nous encore l’hebdomadaire Le Naïf.

[21] Un accord sera signé le 14 mars 2009 entre le Collectif du 5 février, les autorités publiques et la partie patronale. Le Collectif du 5 février déclare alors la « suspension » du mouvement.

[22] Selon tous les observateurs, ces manifestants étaient dirigés par des membres de la caste békée bien représentée dans les secteurs de l’économie locale. « La grève générale en Martinique, Témoignages sur les derniers événements », Martinik lévé, bellacio.org/fr/spip.php ?article81588

[23] La grève générale en Martinique, Témoignages sur les derniers événements, Martinik lévé, bellacio.org/fr/spip.php ?article81588

[24] « Vu sur la TOM : « yo armé, nou pa armé », Tedteddy, publié par Blog Otonom Mawon du Collectif du 5 Février, www.collectif5fevrier.blogsp.... Ces reportages sont certainement les derniers diffusés par la TOM, l’arrêt des programmes intervenant le mardi 10 mars 2009.

[25] C’est généralement le cas des médias de masse locaux qui traitent en permanence de questions relatives à l’identité martiniquaise dans leurs divers sujets.

[26] www.bondamanjak.com, 16/2/2009.

[27] www.bondamanjak.com, 18/2/2009.

[28] Sur cette question, voir Olivier Pulvar, « Créolité : affirmation identitaire et dialogue interculturel », Hermès, n°40, Francophonie et mondialisation, CNRS Editions, 2004, p. 71-74.

[29] Olivier Pulvar, « Le bèlè en Martinique, défense du patrimoine et promotion de produits culturels », in Kiyindou Alain, Ekambo Jean-Chrétien, Miyouna Ludovic-Robert (dir.), Communication et dynamique de globalisation culturelle, Paris, L’Harmattan, 2009, p. 39-48

[30] Gilles Lucas, « Télé Otonom Mawon : liberté à l’antenne », CQFD n°65, mars 2009. http://www.cequilfautdetruire.org/s...

[31] Mireille Mendès-France, « La Martinique, enfin… ? De l’effet Obama… du 20 au 28 février 2009 », Cedetim, 4 mars 2009, http://www.reseau-ipam.org/spip.php....

[32] Sans les sortir du schéma identitaire conflictuel (résistance à l’Autre, faits historiques tragiques) bien présent dans les représentations journalistiques (à travers des codes, non-dits, stéréotypes, voire icônes. Le traitement journalistique propose des modèles sociaux construits à partir d’une schématisation de la réalité sociale.

[33] Gilles Lucas, « Télé Otonom Mawon : liberté à l’antenne, CQFD n°65, mars 2009, www.cequilfautdetruire.org/s...

[34] Cet état d’esprit correspond bien à celui de Joslyn Vautor qui, après avoir travaillé pour le compte de EAG Vidéo et avant de revenir en Martinique, vit des expériences professionnelles en Europe, en Afrique et aux Etats-Unis.

[35] Au-delà de l’observation que nous avons pu effectuer, le propos mériterait d’être appuyé par une série d’entretiens d’enquête avec des étudiants ayant connu ces événements pour en saisir les multiples dimensions en termes de vécu.

[36] Joslyn Vautor, lors de la première prise d’antenne de la TOM, le 16 février 2009 aux environs de 21h50.