Réseau scientifique de recherche et de publication

[TERRA- Quotidien]
Accueil

REVUE Asylon(s)

15 . Politique du corps (post) colonial

Perspectives croisées Europe-Afrique-Amérique

En 1952, Frantz Fanon concluait son célèbre Peau noire, masques blancs, par cette phrase : « O mon corps, fais de moi toujours un homme qui interroge » [1]. Dans cette ultime prière, le psychiatre martiniquais engagé auprès des mouvements anti-coloniaux algériens plaça le corps au cœur d’une politique de la relation. Par cette phrase, il invitait tout un chacun à interroger le monde à partir de l’expérience du corps en situation coloniale. Fanon proposait de (...)

Sous la direction de

Pauline Vermeren & Malcom Ferdinand

février 2018

Recueil Alexandries

Esquisses

Pouvoirs publics et minorités tsiganes en France pendant la Grande Guerre

Emmanuel Filhol

Pour tenter de rendre compte des mesures qu’adoptèrent les autorités françaises (pouvoirs politiques et militaires) vis-à-vis des Tsiganes pendant la Grande Guerre et de la façon dont ceux-ci réagirent, il convient d’introduire une distinction à propos des situations auxquelles furent confrontés, au sein des communautés tsiganes, trois « groupes » désignés administrativement sous les termes suivants : les nomades français, les nomades étrangers et les (...)

février 2017

|

Masters

L’insertion des réfugiés de la République Démocratique du Congo en République du Congo : Les effets latéraux de l’assistance humanitaire.

Lambert Coleman

Ce travail vise à comprendre dans un premier temps les raisons de l’insuffisance humanitaire en faveur des réfugiés de la RDC en République du Congo, notamment pourquoi les droits relatifs au statut des réfugiés ne sont pas respectés ? Dans un second temps, on analyse les différentes modalités d’insertion des réfugiés dans leur nouveau milieu, en se concentrant notamment sur les effets de l’assistance humanitaire. En somme, ce mémoire analyse l’assistance (...)

janvier 2017

|
La fa-brique d’internet : pour un rapport politique au réseau informatique - Petite histoire de la mise en forme du serveur nomade : la Brique Internet.

Cecilia Passanti

Les pages qui suivent auront pour but d’introduire une reconstruction de l’histoire d’un objet techno-politique qui s’appelle Brique Internet. La Brique Internet est un petit ordinateur sans écran qui a deux fonctions principales : fournir un Internet « propre » et faciliter l’auto-hébergement. Un Internet propre : la Brique Internet est équipée d’une antenne qui diffuse un signal Wi-Fi grâce auquel ceux qui se connectent peuvent accéder à internet dans sa (...)

avril 2017

|
NTIC et travail social dans le secteur associatif

crise de sens ou outils de professionnalisation ?

Laetitia Della Torre

Le développement récent d’applications mobiles dans le milieu associatif pose la question du lien entre NTIC et action sociale. Or, la diffusion de ces applications a lieu dans un contexte de reconfiguration et de privatisation du secteur. Comment alors s’articulent NTIC et idéologie néolibérale ? Cette dernière est antérieure à l’émergence d’outils numériques dans les années 2000, mais ne peut-on pas dire que les NTIC seraient des sortes de catalyseurs ? Répondre à (...)

juin 2017

|
De L’invisibilité au rêve de l’autonomie : Etude des femmes migrantes isolées au centre d’hébergement d’urgence d’Ivry-sur-Seine.

Alice Latouche

Ce mémoire de recherche s’intéresse à la situation des femmes migrantes isolées en France.A travers une première démarche théorique, il entend questionner l’invisibilité des femmes dans les représentations de la migration, et l’absence de prise des principes directeurs du HCR sur les persécutions de genre dans les procédures d’asile. L’étude se focalise ensuite sur le centre d’hébergement d’urgence d’Ivry-sur-Seine pour les femmes isolées et en famille, qui semble (...)

novembre 2017

|
Mise en place d’un dispositif d’enseignement à distance par les TIC en Afrique de l’Ouest : le cas de l’Université Virtuelle du Sénégal (UVS)

Mien, Edouard

La nécessité de plus en plus présente des systèmes éducatifs de nombre de pays d’Afrique, de faire face à la massification scolaire, ainsi que les processus d’internationalisation de l’enseignement supérieur et de pénétration des technologies de l’information et de la communication en Afrique ont conduit à l’apparition de nouvelles formes d’enseignement à distance ces dernières décennies. Parmi ces innovations, les MOOCs comme l’Université Virtuelle Africaine ont déjà (...)

octobre 2018

|
Le temps de l’exil - Temporalités et perceptions du temps dans le camp de Chatila

Cannelle Labuthie

Depuis plus d’un siècle, les camps se sont imposés comme réponses unanimes des États et organisations internationales à des crises politiques, sociales et environnementales, qu’importe le contexte de leur avènement. La répétition dans le temps et dans l’espace de ces emplacements, dont les formes peuvent varier - allant de camps de réfugiés à camps de déplacés en passant par zones de transit et centres de rétention - donne en effet à voir comment ces derniers sont (...)

octobre 2018

|
Émergence, organisation et rôle des groupes de soutien aux demandeur-se-s d’asile LGBTI en Italie

Noemi Martorano

Ce travail a pour objet le rôle que jouent des groupes LGBTI de soutien aux demandeur-se-s d’asile qui fondent leur requête sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre dans le dispositif d’accueil et de régulation des demandeur-se-s d’asile en Italie. Si d’un côté le dispositif d’accueil discrimine et ignore les demandeur-se-s issue-s des minorités sexuelles, de l’autre côté la communauté LGBTI n’est pas inclusive à l’égard des personnes LGBTI migrantes et (...)

octobre 2018

|

Synthèses

La notion de persécution

Aperçu des usages historiques et des tentatives de définitions critiques

Tobias Etienne-Greenwood

La notion de persécution est au cœur de la définition du réfugié dans le droit international contemporain. Elle est au centre des enjeux des politiques migratoires et d’asile. L’enjeu est d’autant plus crucial que c’est un outil juridique qui peut avoir des conséquences tangibles sur l’existence de certains individus. D’emblée, il apparaît qu’une tension inhérente s’attache à cette notion car, comme toute norme juridique, la notion de persécution doit être appliquée (...)

mai 2017

|

Livres choisis

Industrialiser l’éducation

Anthologie commentée (1913-2012)

Pierre Moeglin

Un spectre hante la recherche en éducation : le spectre de l’industrialisation. Depuis le début du XXe siècle en Amérique du nord et en Europe, le recours à des méthodes et moyens industriels pour enseigner, apprendre et administrer le système éducatif suscite autant d’enthousiasme que d’anathèmes. Les expériences font l’objet d’un nombre croissant d’études et de recherches. Mais leurs acquis se perdent au fur et à mesure. Le but de cette anthologie est d’en restituer (...)

janvier 2017

|

Recensions

L’industrialisation de l’éducation comme processus de concrétisation. Compte-rendu et réflexions théoriques autour du livre : "Industrialiser l’éducation - Anthologie commentée (1913-2012)", Moeglin P. (dir.), PUV, juillet 2016

Nina Helga Lendrin

« Industrialiser l’éducation » est une anthologie commentée dirigée par Pierre Moeglin et co-rédigée par 22 chercheurs ayant participé au Séminaire Industrialisation de la Formation (Sif). Cet ouvrage permet de découvrir une sélection de 21 auteurs ayant structuré le paradigme de l’industrialisation de l’éducation depuis le début du XXème siècle. Chaque auteur présenté est resitué dans son contexte permettant ainsi la mise en évidence des liens entre la recherche et la (...)

avril 2017

|
Miroirs anthropologiques et changement urbain. Qui participe à la transformation des quartiers populaires ? - Compte-rendu critique du livre de Barbara Morovich

Maya Leclercq

Dans son ouvrage Miroirs anthropologiques et changement urbain, l’anthropologue Barbara Morovich nous livre une analyse subtile, à la fois épistémologique, méthodologique, ethnographique et engagée sur la question de la rénovation urbaine des quartiers populaires. Par ces différents positionnements sur un même sujet, l’auteure nous en apprend autant sur la question de l’anthropologie urbaine, que sur les jeux de positionnement de l’anthropologue sur son (...)

août 2018

|
Une interrogation postcoloniale sur la dette de l’Europe et la crise migratoire - Compte-rendu de l’ouvrage de Ranabir Samaddar

Rada Iveković

Voici, de la plume du politologue Ranabir Samaddar, un livre nécessaire et salutaire pour les lecteurs européens, qu’ils ont intérêt à lire. L’idée d’étudier et de relier par un biais postcolonial stratégique et non-idéologique la relation entre la crise dite migratoire en Europe et la crise financière presque contemporaine (véritablement, le destin de la Grèce) est une idée brillante. Il faut croire qu’il aura fallu un regard décentré, un regard de biais et de (...)

août 2018

|
Brutalité : pérénités impériales à notre époque - Compte-rendu de l’ouvrage de Ann Laura Stoler

Rada Iveković

Voici un livre qui explore une reconstruction possible de l’épistémologie en vigueur, à la recherche des savoirs alternatifs. Comme beaucoup d’entre nous, Ann Laura Stoler s’intéresse à l’accès aux savoirs construits autrement, en dehors des valeurs de domination affirmées par le capitalisme néo-impérialiste ambiant. Il s’agit d’un livre qui constitue politiquement et philosophiquement son objet à partir d’un matériau anthropologique et historique. L’objet construit (...)

août 2018

|
TIC, colonialité, patriarcat : Société mondialisée, occidentalisée, excessive, accélérée… : quels impacts sur la pensée féministe ? Pistes africaines. - Compte-rendu de l’ouvrage de Joelle Palmeri

Saliou Ngom

Cet ouvrage interroge la politisation/dépolitisation des organisations de femmes et féministes en contexte de mondialisation. Il explore des pistes africaines et en particulier l’Afrique du Sud et le Sénégal. Dépassant les notions de néolibéralisme et de « fracture numérique de genre », l’auteure s’intéresse, à travers les usages des TIC par lesdites organisations, aux facteurs de l’inhibition ou de la genèse de l’action politique et plus particulièrement aux (...)

août 2018

|

Expos

La vie du réseau

Nouveaux programmes hébergés

Programme hébergé par Terra-HN (2016/...) : "Humanisme, éducation, technologie et faits sociaux ”

L’orientation générale de ce programme vise à s’intéresser à la façon dont sont prises en compte de les dimensions humaines et environnementales dans l’évolution des process éducationnels, culturels et sociétaux. Omniprésente de nos jours, la dimension technologique (informatique, réseaux, artefacts…) peut aussi trouver la place qui est la sienne dans les problématiques abordées. Il s’agira par exemple d’étudier et de trouver des moyens d’agir face aux « défis sociétaux » qu’encouragent à relever certains textes d’orientation officiels, comme les « Sociétés innovantes, intégrantes et adaptatives », ou encore la « Société de l’information et de la communication », en les replaçant dans un contexte avant tout humain et écologique.

Programme hébergé par Terra-HN (2016/...) : "Données personnelles et société ”

L’étude de la protection des données à caractère personnel s’est historiquement constituée comme un champ académique à la croisée du droit, de l’informatique, dans une moindre mesure de l’économie et plus tardivement de la science politique. Le haut niveau de technicité du droit des données personnelles le rend difficile d’accès, et limite le champ académique lui étant dédié au sein des SHS. Le projet “Données personnelles et société” veut fournir aux chercheurs et chercheuses étudiant les données personnelles dans leur contexte social une plate-forme d’échange et de diffusion de leurs recherches.

Programme hébergé par Terra-HN (2016/...) : "Non-lieux de l’exil"

Fondé en septembre 2011 par Alexandra Galitzine-Loumpet et Alexis Nuselovici (Nouss), dans la suite des travaux menés par POexil (Université de Montréal), le programme Non-lieux de l’exil réunit des chercheurs issus de différents champs disciplinaires. Son objectif est d’étudier les diverses formes de l’expérience exilique (l’exiliance) en postulant l’existence d’un noyau existentiel commun, d’Ulysse à l’exilé de Calais et d’approfondir les recherches sur la migration en orientant davantage les perspectives vers l’articulation entre identité individuelle et détermination collective, culture d’origine et culture d’accueil, inscription communautaire et inscription nationale. Plus qu’une pensée de l’espace, le programme s’attache à travailler les temporalités superposées de l’exil et à penser l’articulation entre l’ici et l’ailleurs, le réel et les imaginaires.

Terra-HN (2016)
100% accès libre

Le réseau scientifique TERRA, depuis 2003, a développé les recherches en "humanités", au sens moderne (arts, lettres, sciences humaines et sociales), sur le domaine des migrations forcées, des réfugiés, du droit de l’asile, de la vie en exil, de la place des étrangers dans la société... et, par suite, des rapports culturels à l’altérité, des problématiques dites de race, de classe, de genre, d’âge et autres conditions ou "identités" sociales (réelles, perçues ou imputées), ainsi que sur les sujets se situant à l’intersection de ces problématiques, les formes de rejet et de domination symbolique et politique ainsi que les inégalités et les politiques de mise à l’écart qui en résultent.

Le domaine de recherche inclut dès l’origine les enjeux épistémologiques, méthodologiques et communicationnels relatifs à la production et à la diffusion des savoirs scientifiques, notamment ceux liés au numérique ainsi qu’à la publication en accès libre des travaux scientifique. Cette perspective rejoint par certains aspects, celle qui s’est intitulée beaucoup plus tard, dans l’espace francophone à partir de 2010/2012, les "humanités numériques". Le réseau a favorisé, depuis treize ans, l’éditorialisation numérique en libre accès de travaux de recherche mais a aussi expérimenté dans la construction même du réseau et de son fonctionnement les nouvelles possibilités de travail scientifique, intellectuel, esthétique et didactique recourant aux technologies numériques d’information et communication. Aidé en cela par les activités et les compétences du programme hébergé "NumerUniv", depuis 2013, Terra-HN étend, en 2015, son domaine de recherche aux nouveaux objets d’étude portant sur le tournant numérique de la société, à partir d’approches diverses issues des arts, lettres, sciences humaines et sociales.

En se rebaptisant Terra-HN en 2015, le réseau explicite la dimension "humanités numériques" qu’il prend implicitement en charge depuis treize ans... sans préjuger des significations théoriques actuellement imputées à cette catégorie ni sous estimer les divergences intellectuelles que cet intitulé peut recouvrir. Terra-HN, dans la sillage de ses choix historiques, depuis treize ans, privilégiera les humanités numériques indépendantes, critiques, plurielles fondées notamment sur l’indépendance intellectuelle des chercheurs, le respect des auteurs et de l’auctorialité, l’esprit critique dans le traitement des enjeux, la compétence de production et de validation des contenus, la valorisation du pluralisme des points de vue & la valorisation de la controverse comme modalités essentielles aux recherches en arts, lettres et sciences humaines.


Marc Bernardot et Jérôme Valluy, « À la charnière des milieux académiques et des mobilisations sociales - Entretien des animateurs du réseau de recherche TERRA avec Alexander Neumann », Variations, n°19 | 2016, le 06 avril 2016 : http://variations.revues.org/768


Spécialisée sur le premier domaine, de 2006 à 2016, tout en s’élargissant thématiquement et en s’adaptant au monde numérique, la revue rebaptisée Asylon(s).Digitales entend, à partir de 2016, prendre en charge conjointement ces deux dimensions d’une mondialisation des échanges internationaux autant que des cultures et des modes de vie plus locaux, des constructions identitaires ainsi que des transmissions de savoirs, des évolutions politiques également, en continuant à travailler sur les thématiques premières du réseau Terra-HN tout en s’ouvrant aux "humanités digitales" ou "humanités numériques" ou "études digitales", dans une perspective humaniste, dont l’asile sociétal serait l’emblème et le pluralisme intellectuel la méthode, favorable à l’esprit critique et à l’analyse indépendante, l’un et l’autre caractéristiques des "humanités" modernes dans la diversité contemporaine de leurs domaines en arts, lettres, sciences humaines et sociales.

En 2016, quand le projet de la Collection HNP (Humanités Numériques Plurielles) voit le jour, les « humanités numériques » ou « humanités digitales » ou, plus largement, « études digitales » font l’objet d’une bibliographie scientifique limitée mais croissante, abondante depuis quelques années seulement dans l’espace francophone et moins d’une décennie dans l’espace anglophone. Elles font aussi l’objet de controverses, notamment en France, qui activent cette production éditoriale. La différenciation des syntagmes donne lieu à des débats qui sont intéressants et qu’il ne s’agit pas d’occulter… mais l’on retient ici le plus commun et le plus institutionnalisé pour englober ce que désignent les autres (au moins en partie), et introduire une réflexivité critique qui souvent fait défaut aux études tendanciellement labellisées en « humanités numériques ». Propulsé dans des réseaux de communication internationaux, scientifiques, administratifs, politiques et médiatiques, le label des humanités numériques oriente des politiques publiques (financements de recherches, de formations, de postes, de colloques, infrastructures et communications publiques...) aux finalités ambivalentes non seulement en faveur d’une nécessaire adaptation des chercheurs et enseignants, métiers de la culture au tournant numérique, à ses effets sociaux, mais aussi de réductions budgétaires, de contrôles socio-politiques, voire de marginalisation des études indépendantes et critiques. Sur le plan intellectuel, scientifique, philosophique ou esthétique, ce label des "humanités numériques" demeure néanmoins largement indéfini en ce qui concerne ses contenus et limites, comme domaine de recherche et d’enseignement, autant que peu structuré dans ses orientations théoriques ou philosophiques. La Collection HNP entend contribuer, de façon spécifique, à la définition du label en publiant des ouvrages relativement distants d’un conservatisme académique qui réduirait le tournant numérique à la seule perte d’un monde connu mais distant également des enthousiasmes politico-médiatiques, essentiellement acritiques, quant aux effets des technologies numériques sur les humains, leurs relations sociales, leur travail et leurs sociétés globales.


Nouvelle rubrique
"REVUES CHOISIES"

du Recueil Alexandries

Présentation du dossier "Humanités numériques 3.0" dans la revue Multitudes n°59, juin 2015

"On commence à parler beaucoup d’«  humanités numériques  » pour désigner la façon dont la recherche en lettres, langues, philosophie, arts, histoire et autres sciences humaines utilise les nouvelles technologies numériques et étudie leur impact social et culturel. Ce dossier rassemble quatre contributions qui tentent de replacer ces questions et ces pratiques dans un cadre médiapolitique plus large  : en distinguant trois strates au sein des humanités numériques  ; en proposant un manifeste qui appelle les humanités à jouer un rôle actif dans le design, la mise en œuvre, le questionnement et la subversion des nouvelles technologies  ; en repensant l’université autour de pratiques critiques de nos subjectivités en passe de devenir computationnelles  ; en s’inspirant de l’archéologie des media pour proposer de nouveaux croisements entre recherche, arts et politique."

Présentation du dossier "Liberté, égalité, computer" dans la revue JSSJ n°10, juillet 2016

"Plus généralement, de l’ensemble de ce dossier, ressort une idée forte : pour une grande partie des opérateurs du monde numérique, un juste usage des données serait intrinsèquement lié à la manière dont on les élabore et on les communique. La transparence totale serait donc tout à la fois une fin et un moyen, devenant la norme du juste. Selon les textes rassemblés ici, cette thèse est éminemment contestable. L’examen des procédures numériques concrètement mises en œuvre montre dans certains cas que l’ouverture des données peut aboutir à la reproduction des inégalités (et des injustices) déjà existantes, dans d’autres cas à la production de nouvelles formes d’injustices.La transparence est-elle alors à considérer comme bivalente ? Côté face, elle est assimilée à la vérité et à l’émancipation, chacun pouvant potentiellement devenir acteur de sa propre vie numérique. Côté pile, elle est traçabilité, fichage, bureaucratie.Cette nature bivalente de l’information hantait déjà les débats politiques au tournant des années 1970, quand l’informatique centralisée (symbolisée par le géant I.B.M.) régnait encore en maître et que scientifiques et militants s’interrogeaient sur le rôle de la quantification pour la compréhension de (et l’action sur) la société. Bégaiement du débat sur lequel il est important de réfléchir quelques instants."

Articles choisis sur "Technologies, surveillance et identité" (enjeux anciens des nouvelles humanités numériques) dans la revue Cultures & Conflits de 2002 à 2016

Ce dossier est composé d’une sélection, réalisée par et pour Terra-HN, d’articles publiés en libre accès par la revue Cultures & Conflits entre 2002 et 2016 sur la rôle des nouvelles technologies dans le domaine de la surveillance et de l’identification des personnes et de populations, notamment étrangères ou plus généralement soupçonnées. Ces articles, parmi beaucoup d’autres de la même revue, sont susceptible d’abonder les corpus bibliographiques en cours de constitution du domaine émergent des "humanités numériques plurielles" et d’informer des recherches nouvelles sur la cyber-surveillance, la cybergouvernance et les atteintes aux libertés fondamentales.

Collection SHS

Écrire l’histoire depuis les marges

Pauline Vermeren

Hélène Le Dantec-Lowry

Marie-Jeanne Rossignol

Matthieu Renault

Claire Parfait

TEXTE INTÉGRAL EN ACCÈS LIBRE

Terra-HN Éditions, Collection SHS, (V1) juin 2018

Actualité de l’habitat temporaire

Gaella Loiseau

Grégoire Cousin

Laurent Viala

Dominique Crozat

Marion Lièvre

PUBLICATION WEB EN ACCÈS LIBRE

Terra-HN Éditions, Collection SHS, (V1) janv. 2016

Habitats non ordinaires
et espace-temps
de la mobilité

Marc Bernardot

Arnaud Lemarchand

Catalina Santana

TEXTE INTÉGRAL EN ACCÈS LIBRE

Éditions du Croquant, Collection TERRA

novembre 2014

Le colonialisme oublié

Patrick Bruneteaux

TEXTE INTÉGRAL EN ACCÈS LIBRE

Éditions du Croquant, Collection TERRA

mai 2013

A la poursuite des illégaux

Jim Cohen

TEXTE INTÉGRAL EN ACCÈS LIBRE

Éditions du Croquant, Collection TERRA

octobre 2012

Enclaves nomades

Arnaud Lemarchand

TEXTE INTÉGRAL EN ACCÈS LIBRE

Éditions du Croquant, Collection TERRA

septembre 2011

Femmes afghanes en guerre

Carol Mann

TEXTE INTÉGRAL EN ACCÈS LIBRE

Éditions du Croquant, Collection TERRA

octobre 2010

L’arrière-cour de la mondialisation

Patrick Bruneteaux

Daniel Terrolle

TEXTE INTÉGRAL EN ACCÈS LIBRE

Éditions du Croquant, Collection TERRA

septembre 2010

Les vulnérables

Hélène Thomas

TEXTE INTÉGRAL EN ACCÈS LIBRE

Éditions du Croquant, Collection TERRA

février 2010

Migrations transsahariennes

Julien Brachet

TEXTE INTÉGRAL EN ACCÈS LIBRE

Éditions du Croquant, Collection TERRA

novembre 2009

Enfermés dehors

Carolina Kobelinsky

Chowra Makaremi

TEXTE INTÉGRAL EN ACCÈS LIBRE

Editions du Croquant, Collection TERRA

mars 2009

Rejet des exilés

Jérôme Valluy

TEXTE INTÉGRAL EN ACCÈS LIBRE

Éditions du Croquant, Collection TERRA

janvier 2009

Loger les immigrés

Marc Bernardot

TEXTE INTÉGRAL EN ACCÈS LIBRE

Éditions du Croquant, Collection TERRA

octobre 2008

Camps d’étrangers

Marc Bernardot

TEXTE INTÉGRAL EN ACCÈS LIBRE

Editions du croquant, Collection TERRA

mars 2008

Persécutions des femmes

Jérôme Valluy

Jane Freedman

TEXTE INTÉGRAL EN ACCÈS LIBRE

Éditions du Croquant, Collection TERRA

novembre 2007