Réseau scientifique de recherche et de publication

[TERRA- Quotidien]
Accueil > Revue Asylon(s) > Institutionnalisation de la xénophobie en France > Introducti > Présentation de l’Observatoire de (...)

REVUE Asylon(s)

4| Institutionnalisation de la xénophobie
retour au sommaire
"Présentation de l’Observatoire de l’Institutionnalisation de la Xénophobie (Observ.i.x) "

citation

"Présentation de l’Observatoire de l’Institutionnalisation de la Xénophobie (Observ.i.x) ", REVUE Asylon(s), N°4, mai 2008, Institutionnalisation de la xénophobie en France, url de référence: http://www.reseau-terra.eu/article730.html

L’observatoire de l’institutionnalisation de la xénophobie (Observ.i.x) est né d’un mouvement de l’éducation et de la recherche (MERFIX ou RACAIII) face à la création du ministère de l’identité nationale et de l’immigration en mai 2007. L’orientation initialement choisie par les deux cents participants du forum du 27 juin 2007, à l’EHESS, semblait devoir être militante... mais cette perspective militante fut close le 10 novembre 2007 par le constat d’une absence d’engagements durables. LIRE LA SUITE

Parallèlement, les chercheurs spécialisés sur le domaine ont amorcé le 17 septembre 2007 un regroupement au sein de l’observatoire et fixé des principes de fonctionnement démocratiques avec la conviction que le mode d’organisation collective des chercheurs (laboratoire, programme, réseau...) n’est pas sans incidence sur les orientations intellectuelles des recherches en sciences humaines. Le 17 décembre 2007 a été élu pour une année le premier Groupe de Pilotage de l’observatoire. Pour prendre connaissance du règlement intérieur et de la composition du Groupe de Pilotage voir la rubrique fonctionnement.

La définition retenue du "chercheur" n’est pas statutaire mais intellectuelle : toute personne souhaitant contribuer à des analyses de sciences humaines et sociales du phénomène d’institutionnalisation de la xénophobie peut rejoindre l’observatoire sous deux conditions : 1) s’identifier auprès des autres chercheurs en remplissant une notice individuelle (cf. le formulaire de notice) ; 2) s’engager à produire une étude "approfondie" (de forme, style et taille librement définis) et sa synthèse. Pour voir les notices individuelles voir la rubrique chercheurs.

En remplissant sa notice chaque chercheur a fait part de ses spécialités, publications antérieures ainsi que de son projet de contribution aux travaux de l’observatoire. Sur la base de ces informations, les principaux axes thématiques d’étude que les 64 chercheurs participant à l’observatoire à la date du 17 décembre 2007 sont en mesure de traiter ont été identifiés. Ce sont les quatre axes d’étude actuels de l’observatoire : ils ne correspondent pas seulement à des thèmes fédérateurs et jugés importants par les chercheurs mais à des domaines d’investigation dont ceux-ci sont déjà connaisseurs. Ils sont présentés dans la rubrique "axes d’étude".

Par ailleurs, d’autres thèmes ont été jugés importants mais faiblement couverts par les chercheurs de l’observatoire : ces autres thèmes font l’objet d’un appel à contribution publié largement afin de bénéficier de compétences complémentaires. Cet appel, lancé le 14 janvier 2008 jusqu’au 30 janvier 2008 a préparé la publication d’un numéro proposé à la revue en ligne Asylon(s) sous l’intitulé "Institutionnalisation de la xénophobie en France". Ce numéro reprend les contributions des chercheurs de l’observatoire sur leurs axes d’étude ainsi que les contributions envoyées par des chercheurs extérieurs sur les thèmes de l’appel à contributions. Les textes des uns et des autres ont été soumis à contrôle, sélection et validation du Groupe de Pilotage de l’observatoire agissant sous le contrôle du collectif des chercheurs. Ces textes ainsi publiés en mai 2008 ont été mis en discussion dans le cadre d’un colloque à la Sorbonne le 30 mai 2008. La rubrique intitulée "en cours" présente de manière détaillée cette démarche de construction collective d’un domaine d’étude.